La tourmente économique actuelle va tourner à l’avantage des pays émergents.

Comment en est-on arrivé là ? Comment peut-il se faire que, malgré les milliers de milliards de dollars injectés dans les économies, la situation reste aussi inquiétante ? La réponse est simple : rien n’a été fait.Il est certain que les Tea Parties vont recommencer leur chantage à cette occasion, liant leur acceptation d’un compromis budgétaire à un recul de l’administration sur l’Obamacare.Marcher nécessite simplement de regarder devant soi, afin d’éviter les obstacles.L’enjeu est celui des capacités d’évolution politique de la Chine, en contrepoint de celles de l’Occident, face au défi commun du développement inclusif et soutenable.Certes, la Bretagne, comme toute la filière agroalimentaire française, a bien raison de dénoncer la concurrence déloyale qui a prospéré à l’intérieur même du cadre européen.Imaginons que les températures chutent bientôt sous la barre des 10 degrés en-dessous de zéro.C’est ainsi par exemple que personne n’a vu venir les effets néfastes des politiques publiques sur les bio-carburants.Aujourd’hui: zéro, ou presqueCette contribution du système financier à la croissance européenne – 600 milliards de plus par an – représente l’équivalent de cent fois le budget du Ministère des Affaires Étrangères !Celles-ci seront aussi appelées à jouer un grand rôle en complétant le secteur public dans la fourniture des services sociaux.Cette commission, qui va auditionner du monde pour rendre ses conclusions avant la fin de l’année, devra étudier les propositions de Victor Sossou.C’est toujours bon pour les statistiques et l’indemnisation… Alors qu’il serait souvent préférable de se focaliser sur la reprise au plus vite d’un travail, même très temporaire si les offres disponibles ne correspondent pas aux attentes.Il est temps que nos dirigeants reconnaissent ces nouveaux risques systémiques et collaborent en vue de les atténuer.