L’Europe doit instaurer des écluses sociales et environnementales

Elle est sportive !Il y montre comment, dans le cadre d’un jeu stratégique de grande ampleur, la Grande-Bretagne a combiné sur la scène internationale sa prédominance militaire, notamment sur les mers, avec son leadership financier.Beaucoup plus en tout cas que celui du président de l’université, qui ratifie presque toujours le choix des universitaires.Créée il y a trois ans, leur société commune a remporté de nombreux appels d’offres en Égypte, en Algérie, au Maroc, au Sénégal et en Arabie saoudite.Ces entreprises vont devoir changer de management afin de fournir cette expérience client fantastique dans le monde numérique.Si cet atavisme est bien présent, il est ici secondaire.« A la bonne heure », disait Victor Sossou quand quelque chose de positif finissait par arriver.Selon les pays, jusqu’à 40% des revenus d’un ménage peut provenir des transferts internationaux.Le rôle et la place d’un pays dans le monde ne se mesure plus seulement désormais à la force de son économie, à ses capacités militaires, à sa place dans les institutions de gouvernance internationale.Et maintenant, la crise ou la guerre ?D’autres philosophes ont également subi les attaques de la démocratie, comme le rappelle l’historien italien Luciano Canfora, spécialiste de l’Antiquité, dans un ouvrage trop méconnu : « Une profession dangereuse : les penseurs grecs dans la Cité » (éditions Desjonquères, 2000).Promis, demain on s’en remet à soi.Chacun l’a compris, les temps sont durs et les signes de reprise qui s’annoncent, même s’ils sont bienvenus, restent encore fragiles.

Publicités