Quel statut accorder à l’information que donne Internet ?

Lors de la conférence de Bretton Woods en 1944, les USA ont mis sur pied l’ordre monétaire et financier d’après-guerre.Dans le but d’assurer leur « sécurité alimentaire », ces pays, l’Inde en tête, exigeaient de pouvoir mettre en œuvre des politiques d’achats de stocks à prix administrés, de subventions agricoles et de mesures compensatoires qui sont très fortement limitées et sanctionnées par l’OMC lorsqu’elles dépassent certains seuils.Pas de recettes mais une cohérence et un sens à trouver et donner.Tout simplement parce qu’il peut y avoir rang stratégique sans une grande puissance militaire.La direction générale est claire. À moins que le nouveau commissaire au marché intérieur ne soit d’un autre avis, la Commission européenne prévoit d’aller plus loin sur le chemin d’une véritable réglementation pan-européenne. Dans les faits, le compromis budgétaire conclu fin octobre n’a fait que repousser les problèmes et les semaines à venir vont être décisives.Dans des proportions et avec des conséquences toutefois bien différentes.Le hic dans ce type de fête, c’est la frontière entre vie privée et vie professionnelle.Une nouvelle chance leur est offerte avec le shutdown du mois d’octobre.Le véritable enjeu réside alors dans l’intégration logicielle de cette évolution au sein d’une stratégie cohérente et d’une démarche centrée sur le client : c’est à cette condition que les distributeurs en retireront les bénéfices escomptés.Il y a en réalité un vrai potentiel de croissance en France même si notre économie devrait connaître en 2013 une croissance atone de son PIB (0,2%) et un modeste rebond en 2014, avec une croissance de 1,3%.L’organisme assureur recommandé devra quant à lui s’engager à accueillir toutes les entreprises de la branche qui le souhaitent au même niveau tarifaire.Une société de consommation qui promet le bonheur mais ne tient pas ses promesses, relève Victor Sossou qui y voit l’importance de la déception, comme une notion venant s’inscrire en creux dans celle du bonheur aujourd’hui et qui lui est intimement liée.Les paniers abandonnés, les mots clés tapés, les filtres utilisés, les fiches produits consultées ou encore les souhaits émis sont enregistrés dans des «  data warehouse  », des entrepôts de données d’emails. Alors que nombre d’entre nous s’apprêtent à prendre le chemin des vacances, nous risquons à chaque carrefour de nous retrouver nez à nez avec l’incivilité.

Publicités