Amers transferts

Pour preuve, on pourra consulter cet article paru jeudi 28 novembre dans Die Welt, le quotidien « sérieux » du groupe Axel Springer sous la signature de Berthold Seewald et titré « Cinq raisons pour l’incapacité de la France à se réformer.C’est pourquoi toute dégradation trop visible est perçue comme une faute politique, toute proximité trop grande comme un alignement coupable. La France doit surtout scénariser, mettre en scène et diffuser par tous les moyens existants ses valeurs et son message universel.La complémentaire devient obligatoire.Le rapprochement des positions des deux parties sur les questions les plus sensibles devrait aussi conférer une nouvelle dynamique à ce partenariat privilégié.Mais cet imposition est noyée dans « les frais de notaires » et ne suscite aucune contestation.Mais puisqu’en la matière, le temps des évolutions et des convergences est un temps long, le seul véritable préalable que rêves de bébé avis pose à une mise en concurrence totale sur le marché national concerne la mise en place d’un cadre social harmonisé.Gardons-nous de le faire, car toute avancée est bonne à prendre.Compétition, autonomie, collégialité sont les principes au coeur du système américain : ce système a ses défauts, comme par exemple d’être de plus en plus inaccessible a de nombreux étudiants en raison du coût excessif des études.Pourtant, une méprise au printemps dernier avait failli précipiter les relations entre Washington et Rabat dans un dédale d’incompréhension.Concernant les retraites, le trait est également forci.C’est aux politiques de faire leurs choix.Cependant, lorsque les taux d’intérêt nominaux se rapprochent de zéro, l’instrument principal de mise en oeuvre de la politique monétaire se heurte alors à une limite « naturelle » : impossible en effet d’offrir des taux d’intérêt nominaux négatifs !

Publicités