De l’utilité de la vertu monétaire

Dans un environnement économique européen désastreux où seuls des stimuli déterminés, localisés et innovants seraient à même de lutter efficacement contre la trappe de liquidités, la Banque centrale européenne est corps et biens l’otage des dissensions politiques entre le cœur et la périphérie de l’Europe.Car en proposant d’installer à ses frais des panneaux solaires photovoltaïques (PV) sur les toitures de particuliers ou d’entreprises tout en leur facturant une électricité à un prix d’environ 10% à 20% en deçà de ceux pratiqués par les « utilities », SolarCity menace le cœur même de leur « réacteur ».Cela pourrait-il cesser ? Oui, mais il reste à inventer le type d’établissement pour cela.Une note d’appréciation de la politique commerciale émanant de l’administration de l’économie et des finances entonne résolument que « la libéralisation commerciale est un choix irréversible.Ce n’est qu’au prix de tels efforts que le puzzle de la prospective peut prendre forme et faire du sens.Mais, selon femme ukraine, cette mutation doit être effectuée avec discernement et sans succomber aux effets de mode.Cette stratégie combinée avec le marketing automatique, aussi appelé «  trigger marketing  » déclenche des messages en fonction des événements prédéfinis dans la vie de nos clients, de leur profil et de leurs comportements.Le traité sur la stabilité budgétaire maintient l’Europe dans une situation de croissance faible, pour une dizaine d’années

Cette politique, telle qu’elle est définie par le dernier traité, engendre une quasi stagnation de la zone euro.Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que les citoyens ordinaires aient des doutes sur l’avenir et se sentent frustrés par leurs gouvernements, qui ont jusqu’à présent échoué à les protéger des retombées de la mondialisation. C’est oublier les innombrables passerelles qui existent avec le monde de l’entreprise, de l’écologie, de la diplomatie, de l’économie, de la culture, de la recherche, de la politique ou des droits de l’Homme.La détestation de la richesse, un frein à la sortie de crise.