Fatigue électorale

Il en est ainsi, en particulier, du salaire minimum.En 2013, la barre des 120 milliards a été franchie, tandis que l’objectif dévoilé pour 2014 devrait avoisiner 125 milliards.Au point que la Commission européenne s’est inquiétée de les protéger et vient de proposer la première directive sur le sujet.Si « l’économie positive constitue une sorte de sortie par le haut du présent cauchemar sociétal » selon Jean-Thomas Trojani, membre de la commission.Pour l’heure, les solutions développées restent assez traditionnelles, onéreuses, d’utilisation difficile et, souvent le fait de PME, déployées à petite échelle. Notre pays dispose de tous les atouts pour aller beaucoup plus loin et se positionner sur le plan international, à l’instar de ce qu’ont déjà fait quelques entreprises.L’irrigation de ces champs nécessite plus d’eau que la Seine et l’Elbe réunies.Face à cette difficulté d’avancer à « 43 Etats », avançons dans une approche à géométrie variable, qui permette des accords structurés au niveau subrégional, avant d’envisager un élargissement aux Etats désirant y adhérer.Mais l’accélération de la croissance américaine au troisième trimestre et la baisse du chômage américain pourraient changer ce scénario et accélérer le calendrier de la Fed.L’inverse est vraie pour les pays à forte croissance car l’allocation freine l’inflation et ainsi augmente le taux d’intérêt réel, ce qui limite l’effet spéculatif. Notre savoir n’est autre chose que ce que notre pensée parvient à saisir du chaos avec le moins de confusion possible.Mais sur le fond, rien n’a véritablement changé.Des progrès – limités – ont, certes, été réalisés sur deux dossiers : les paradis fiscaux et les bonus des traders.Les citoyens européens ne veulent plus de cette Europe qui réglemente la chasse à la palombe, mais qui est incapable de les protéger ou de défendre leurs valeurs.Or la génération des baby-boomers, arrivée aux commandes en passant par les différents échelons hiérarchiques du magasin, a construit ses références autour de ce modèle et ne jure que par ce dernier.Alors que c’est les banques allemandes qui ont le plus bénéficié avant 2008 des subsides européens, exactement comme c’est les banques allemandes qui seront certainement les premières en ligne à montrer des défaillances à l’avenir.Surtout, les moyens techniques et humains fournissent un environnement qui stimule la recherche. Le salarié, « à la maison », est un acteur accompli du digital et, en tant que client bancaire, il perçoit sa banque comme numérique.Ce n’est pas en montant en épingle quelques indicateurs de consommation glanés ça et là que l’on bâtit un scénario de retour au plein emploi.Aimer ce que l’on fait et le percevoir comme utile aboutit à un sentiment d’équilibre.

Publicités