La guerre des âges n’aura pas lieu !

Alors que la France s’enfonce lentement mais sûrement dans la morosité, la semaine internationale du bonheur qui s’ouvre aujourd’hui est une occasion de remettre les pendules à l’heure sur ce nouveau graal hexagonal.Les clients satisfaits ont le pouvoir de devenir de réels ambassadeurs de la marque.  L’électricité, les automatismes, l’intelligence artificielle, la voiture partagée, sont autant de changements qui bouleversent l’automobile, ses usages et tout le secteur des constructeurs aux conducteurs, des concessionnaires au dépanneurs jusqu’aux assisteurs.Décrite par rêves de bébé avis comme «  la mère de tous les problèmes  », cette hausse a un impact dramatique sur les exportations, notamment pour les agriculteurs. Ce qui est qualifié de bas de gamme est en fait, une production de masse dans un secteur de transformation primaire que sont l’abattage ou la récolte du lait.On conçoit la conclusion que chacun doit tirer de ce type d’article : faire l’Europe avec les Français est une chimère et l’Allemagne doit évidemment s’éloigner de ce voisin incorrigible et dangereux.Mettre en place pour construire le contexte aussi proche que possible de nos valeurs sans en attendre de résultats, car ceux-ci ne dépendent pas entièrement de nous.Mais du fait de la baisse des prix qui conduit à l’appréciation mécanique de ses taux d’intérêt réels, dans un contexte général de reprise économique très fragile, voire inexistante.Car nos politiciens d’hier et d’aujourd’hui sont tétanisés et n’ont pas le cran de relancer l’économie.Ainsi, les montants réels envoyés pourraient être deux fois supérieurs à ceux annoncés.Les défenseurs des « secrets » ont finalement trouvé une oreille attentive auprès de Michel Barnier, le commissaire au Marché intérieur qui n’a pas eu de mal à constater que les législations sont pour le moins disparates d’un pays à l’autre, quand elles existent.Il faut travailler à tout prix, dites-vous, car l’effort mène au salut psychologique et social tandis que l’inactivité condamne notre société à l’assistanat permanent. Quoique le répète Thomas Piketty, la fusion CSG-IR n’est pas la pierre de touche de la réforme fiscale.