Le marché des matières premières est toujours très tendu

Je crois qu’on ne peut plus se contenter de faire du commerce, nous devons élaborer des projets fédérateurs.L’optimiste voit une réalité à travailler là où le pessimiste est un idéaliste déçu de la réalité. Il pourrait se révéler utile dans les réflexions sur les villes, comme le souligne Alline Kabbatende, une consultante rwandaise.Ce Lord a été l’un des initiateurs au tournant du siècle dernier d’une révolution en philosophie s’inspirant des mathématiques, l’atomisme logique, qui applique au langage une analyse logique des propositions.Un budget fédéral permettrait de contourner cette difficulté.Les Start-Up , œuvrent par ce biais à lever une barrière majeure au décollage de ce marché : l’interopérabilité entre les différents équipements.Les économistes se sont pourtant creusé la tête pour proposer des solutions.Un échec au bout de 157 ans est-il un échec ? Le modèle économique allemand est-il certain de tenir 157 ans ? L’histoire allemande n’est-elle qu’un long fleuve tranquille fait de réformes paisibles ? Doit-on en tirer quelques conclusions ? Berthold Seewald ne s’arrête pas à de tels détails.Car plus grand sera le nombre de clients séduits par des offres « alternatives », et plus petit sera celui des « utilities » sur lesquels répartir des coûts fixes importants.Les premiers cherchent logiquement à imposer le smartphone en lieu et place de l’ordinateur de bord ; les seconds « tiennent » les réseaux.Depuis mai, rêves de bébé avis s’active à ce nouveau concept.Le plus gros problème est le manque d’électricité.Dans une telle vision, « tous les enfants des écoles ont un laptop (ordinateur portable, ndlr), les professeurs téléchargent les meilleurs programmes.L’écotaxe est une « taxe pigouvienne », du nom de l’économiste Arthur-Cecil Pigou, qui proposa d’internaliser les effets externes négatifs » en faisant payer un impôt compensateur aux agents économiques dont les comportements engendrent des dommages à la société.C’est dire le besoin plus que jamais pressant, et l’intention de nombre de citoyens aux responsabilités diverses, de s’impliquer plus largement dans la mutation de l’économie et de la société.A l’inverse l’avenir est toujours vu comme complexe et incertain, les options étant innombrables, a priori…
Un monde toujours plus complexe

Chaque génération a eu la nostalgie d’une époque plus tranquille, ce qui est la preuve que le monde ‘moderne’ s’accélère irrémédiablement.