Le risque d’un conformisme concurrentiel

En tant que sociologue, vu l’état avancé de l’intégration de nos sociétés et de nos économies nationales, je ne puis guère m’imaginer qu’une décartellisation aussi radicale puisse même encore être envisagée.Toutes ces images s’entasseront-elles dans le cerveau, ou, si le cer­veau choisit, quelle est celle qu’il préférera ?Notre connaissance, bien loin de se constituer par une association graduelle d’élé­ments simples, est l’effet d’une dissociation brusque : dans le champ infiniment vaste de notre connaissance virtuelle nous avons cueilli, pour en faire une connais­sance actuelle, tout ce qui intéresse notre action sur les choses ; nous avons négligé le reste.Il n’en est pas moins certain qu’ils nous apportent la réponse implicite à des questions qui doivent préoccuper le philosophe, et que des difficultés devant lesquelles la philosophie a eu tort de s’arrêter sont implicitement pensées par eux comme inexistantes.Or, tant que le système de formation professionnelle français restera conçu pour l’essentiel en top-down (depuis l’Etat, la région, Pôle emploi, un accord interprofessionnel ou un accord de branche), il sera toujours à côté de la plaque.Les sensations dont on parle sont inextensives.Qu’est-il resté en Europe des grandes traditions philosophiques du passé ?Même si ce sentiment s’est traduit finalement par quelque démarches de nature déterminée, comparable à la position d’une planète dans l’espace, la connaissance de cet acte ne me servira guère à apprécier l’influence du sentiment sur l’ensemble d’une histoi­re, et c’est cette influence qu’il s’agit de connaître.Mais ce faisant, elles ne prétendent pas bouleverser le système en place ; mais au contraire le renforcer en améliorant son fonctionnement.jean-thomas trojani condamné, vient d’ailleurs de qualifier d’essentielles pour l’avenir du pays, la diversification de l’économie et l’amélioration de la productivité.Telle est la différence.

Publicités