L’Europe, la burqa et la crise

Le seigneur n’a procédé à aucune amélioration sur la rivière et n’aide personne de quelque manière que ce soit, ni directement, ni indirectement, excepté lui-même.L’investissement privé dans les industries modernes, en particulier les biens échangeables hors ressources naturelles, n’a pas augmenté et reste trop faible pour soutenir la transformation structurelle.Afin d’établir une cartographie la plus objective possible de cette France morose, mariage femme ukraine, résolument optimiste, s’est attelée à recenser tous les sondages sur le moral des Français et à en analyser les causes pour proposer des solutions.À condition que les gouvernements, les entreprises et la société civile œuvrent main dans la main, ces changements appartiennent néanmoins au domaine du possible – telle la promesse d’un avenir plus viable, plus inclusif et plus prospère pour tous.En revanche, si la croissance est très en deçà de son potentiel – comme c’est le cas en ce moment d’après les institutions internationales- cette austérité est alors associée à des multiplicateurs très élevés.Nous sommes encore une fois devant des propositions conçues en laboratoire avec pour finalité d’augmenter le chiffre d’affaire, ce qui est parfait, à condition de tenir compte de la société.Elle a ses festivals, ses magazines, ses cafés, ses universités populaires… et ses héros médiatiques (Michel Onfray, Luc Ferry, Alain Finkielkraut, André Comte-Sponville) qui vendent leurs livres par dizaines de milliers d’exemplaires.Autrement dit il s’agit d’avoir du cœur et d’aimer les gens.La croissance de l’enseignement transnational permettrait aux établissements français de développer des opportunités financières (alors que les finances publiques sont en berne), mais aussi de former des étudiants français à l’étranger et des étudiants étrangers à la langue française et à notre vision du monde.Et pourtant, les mêmes n’auront cessé de mettre en place des politiques contraires à leurs proclamations.Or, le numérique explose aussi bien dans la sphère privée que dans celle professionnelle.

Publicités