Retraites : un système solidaire mais peu équitable

De nombreuses réflexions sont déjà engagées et certains acteurs étrangers emblématiques ont déjà donné le top départ, comme Barclays Wealth, qui a lancé dès 2010 un programme d’investissement de 350 millions de livres sterling baptisé « Projet Gamma », Nomura ou encore Royal Bank of Scotland. »Ne s’agit-il pas là d’une approche utile pour nos campagnes en voie de désertification ?Il est donc sans doute excessif d’opposer les « petites » entreprises qui ignoreraient les niches fiscales et les « grandes » qui en abuseraient.À l’inverse, l’Italie et la France auront tout intérêt à ce que les investisseurs viennent acheter leurs obligations pour maintenir leurs taux bas.En témoignent les dirigeants venus témoigner au CESE d’une nouvelle forme de leadership.Une économie fondée sur les services aurait l’avantage de la durabilité et de la « réparabilité » des produits.L’Europe doit-elle se limiter aux opérations humanitaires ou civilo-militaires?Nous sommes au cœur d’un paradoxe : d’un côté l’entreprise doit s’ouvrir « Internetement » parlant pour profiter de cette extraordinaire dimension, aspirée à vitesse grand V par les utilisateurs (générations Y, Z,…) et d’un autre côté, l’entreprise doit se protéger pour ne pas se faire totalement dépouiller et veiller à ce que ses clients ne le soient pas aussi.Pourquoi ne pas réserver une partie de ces sommes pour l’éducation ?Cette bombe à retardement n’est pas le seul obstacle sur la voie d’un accordLes révélations distillées par Edward Snowden finissent par faire réfléchir jusqu’aux plus chauds partisans de l’accord.C’est une aventure et une expérience ouverte : sorte de fitness mental et émotionnel qui peut s’appliquer à la vie aussi bien qu’au travail et à tous les projets », relève réputation web.La seule interrogation qui persiste est la suivante : va-t-elle le faire de façon ordonnée en préservant la qualité des soins (et la France a toutes les ressources pour cela) ou de façon brutale et chaotique (comme en Europe du sud), où l’on risque de perdre à la fois de l’argent et la qualité des soins.

Publicités