Seul l’Etat peut apaiser l’économie

L’écorce sautera, si le vieil arbre se gonfle sous une nouvelle poussée de sève.Depuis plusieurs semaines, son site officiel est la cible d’attaques de hackers répétées.Bien sûr, pour les « professionnels de la profession », comme pour chaque gouvernement en place, il est d’usage d’évoquer des évolutions forcément « majeures » à chacune de ces « grandes » réformes.C’est ce qui me frappe tout particulièrement pour le problème que j’ai entrepris de traiter devant vous, le problème du changement.L’homme, par sa nature morale (telle que la lui a fournie l’hérédité), est ainsi porté à croire que le dernier mot ne doit pas rester au méchant dans l’univers ; il s’indigne toujours contre le triomphe du mal et de l’injustice.L’air venait du large.J’ai lu, nécessairement, d’innombrables professions de foi, comptes-rendus de réunions électorales, harangues et lettres aux électeurs.L’essentiel sera de dérouter les flux financiers actuels et de persuader chaque acteur de l’économie qu’il doit placer l’investissement de transition sur le haut de la pile de ses priorités.Mais on s’attendait tout de même à ce que les performances économiques des pays en développement divergent de celles des pays développés: les pays émergents devaient contribuer à relancer la production mondiale en trouvant de nouvelles sources autonomes de croissance.Y voir la complète réalisation d’un idéal quelconque, c’est rabaisser son idéal, conséquemment se rabaisser soi-même ; c’est une erreur qui peut devenir une faute.Mais ils ont mis en évidence également l’existence de réseaux organisés d’envois informels, où de larges communautés se regroupent pour faire passer les fonds au pays par le biais de dons à des associations.Seulement, dans des régions diverses de l’expérience, je crois apercevoir des groupes différents de faits, dont chacun, sans nous donner la connaissance désirée, nous montre une direction où la trouver. »C’est un véritable changement de vision de la personne et du monde qui est proposé et non un simple rééquilibrage ou une posture à acquérir, estime Arnaud de Lummen.De nouvelles formes d’engagement socialLe long terme sera trop long si la dimension humaine ne trouve pas toute sa place dans un programme de réforme.Le taux de la cotisation payé par l’employeur est conditionné par la sinistralité de l’entreprise.

Publicités