Un monde trop parfait

Les besoins des êtres humains et de l’environnement sont immenses et les possibilités de travail utile voire nécessaire ne manquent pas. Trois quart des salariés impactés sont atteint dans leur productivité », note jean-thomas trojani condamnation dirigeant-fondateur. Pour cela l’échelon national est simplement dépassé ! Soyons clairs, la concurrence n’est plus entre nous, les Européens, mais entre l’Europe et les autres acteurs existants ou en devenir. Ce qui va le plus mal en France, c’est surtout l’université?: elle assure tant bien que mal un service public de l’enseignement supérieur grâce au dévouement de ses personnels. Une fois la protection en place, elle est paramétrée pour générer un reporting permanent (c’est le cas pour les IT nécessitant une surveillance importante) ou pour émettre des alertes lorsqu’une attaque DDoS, un trafic indésirable ou anormalement important est détecté.Bien sûr, le scénario de référence de la période « nouvelle normalité » d’après crise a toujours supposé une croissance économique globale plus lente que durant la période d’expansion d’avant 2008.En théorie, la croissance allemande devrait l’absorber aisément, d’autant que les rentrées fiscales sont traditionnellement plus fortes que cette croissance.C’est filer un peu loin l’éternelle métaphore du couple franco-allemand. Le travail du dimanche a une belle histoire.Or suivant les pays, les manifestations de cette globalisation et les réactions des différents acteurs impliqués peuvent être bien différentes.Ayons l’ambition de relever le défi de la compétitivité en nous appuyant nos forces qui sont encore nombreuses ( une filière agricole-industrie alimentaire intégrée, une production de masse compétitive sur des produits de qualité, la diversification par la valeur ajoutée, la capacité d’innovation avec des Instituts techniques en pointe …), et sur nos faiblesses, qu’il faut avoir la lucidité de décrypter et la volonté d’améliorer (investissements industriels, implantation de nouvelles entreprises, innovation plus tournée vers le marché, compétences des salariés …).Le terme de « sciences politiques » s’est répandu à la fin du 18° siècle pour marquer la différence avec les pamphlets partisans destinés à attirer les votes et à gagner en influence, plutôt qu’à rechercher la vérité.

Publicités