Une réponse: la politique budgétaire contra-cyclique, via l’allocation universelle

Début juillet, l’aide des étudiants boursiers a été revalorisée et élargie aux étudiants autonomes en rupture familiale, soit 200 millions d’euros pour 80.000 bénéficiaires.La marque doit faire l’objet d’une surveillance qui permet d’identifier les dépôts ultérieurs de marques gênantes et d’agir contre les déposants.C’est à ce titre qu’elle a abaissé son principal taux d’intérêt directeur le 13 novembre 2013 à 0,25%.Pas facile de porter la responsabilité de la présidence quand on est encore le pays le plus fragile de la zone euro, ce trou sans fonds où ont été déversés depuis 2010 plus de 200 milliards d’euros, pour l’essentiel ponctionnés sur le contribuable européen et qui ne seront, pour partie, vraisemblablement jamais remboursés.C’est aussi garantir aux habitants de chacun d’entre eux la même capacité de se déplacer, pour étudier, travailler, se divertir, se soigner.Cela suppose l’adoption de mécanismes techniques sophistiqués, lourds et coûteux dont certains doutent qu’ils puissent être mis en oeuvre.En présentant des candidats trop extrêmes, elle lui a fait perdre plusieurs élections lors des midterms de 2010.La condition de la dissuasion, c’est la crédibilité.Cet air désuet est encore relevé par la proximité avec l’ambassade allemande, dont l’architecture moderne resplendit, juste en face.Les États-Unis, de leur côté, reconnaissaient qu’il leur fallait une banque centrale analogue à la Banque d’Angleterre.Dans la plupart des économies émergentes en difficulté, cependant, la politique monétaire a assumé la charge de maîtriser l’inflation, gérer la valeur de la monnaie locale et soutenir la croissance.Mais là n’est pas le propos de la prospective.Mais ce scénario suppose un système financier profond et efficace qui joue un rôle d’intermédiaire – ce que la Chine et la zone euro sont incapables de faire.Mais il a beaucoup insisté – nous nous trouvions à Barcelone – sur celle qui irait de la capitale de la Catalogne à Lyon.Pour les autres métiers, rêves de bébé avis est trop optimiste – même dans son hypothèse « crise », avec un chômage à 9,7% et 1% de croissance – et confirme la rupture entre les métiers à valeur ajoutée et ceux sans.Telle est la conclusion d’un livre important sorti récemment, Planning Armageddon, de Nicholas Lambert, qui étudie la relation entre l’économie britannique et la Première Guerre mondiale.

Publicités