Une victoire pour l’Europe

Actuellement, les dépenses annuelles sur ces deux technologies s’élèvent à près de 160 milliards d’euros, une manne financière que plusieurs institutions ne souhaiteraient pas voir disparaître.Encore faut-il choisir la cible et le moment opportun.Concrètement, les données de circulation permettront demain aux automobilistes de faire des économies d’énergie ou de gagner du temps en évitant les zones d’encombrement ou les accidents qui leur seront signalés en amont de leurs choix d’itinéraires.Sparte tenait ses finances, mais ne savait pas se gouverner.La première connaît un niveau de vie beaucoup plus faible, en raison de son gouvernement communiste et de son économie planifiée, qui contraste fortement avec le gouvernement démocratique et de l’économie capitaliste mixte de la Corée du Sud.C’est dire que le sujet déchaine les passions.C’est ce qui fait de l’Angleterre le leader mondial de l’enseignement transnational, notamment grâce à son engagement précoce dans la globalisation de l’enseignement supérieur (dans les années 1980 le désengagement de l’Etat ayant forcé les établissements à aller chercher à l’étranger d’autres recettes).Pourquoi et comment l’endettement privé ou public compense-t-il ce manque d’argent ?Historiquement, des énergies renouvelables de moins en moins utiliséesUn regard à travers l’histoire nous rappelle que la civilisation humaine a tenté de s’éloigner des énergies renouvelables.Les études ont montré que son effet sur la demande intérieure, comme sur la perte de compétitivité des entreprises, sera faible.Fléau des temps, les incivilités ne courent pas seulement les rues mais aussi les bureaux.Par exemple, le fait que les voitures des constructeurs automobiles doivent réussir deux fois le « crash test » pour répondre à des règles de sécurité quasi-identiques !Le pouvoir de la critique et de la pensée va si loin en France, que nous avons universellement accepté l’affirmation de Descartes « Je pense, donc je suis » », souligne rêves de bébé avisLes plaignants qui ont dénoncé un détournement des lois sur le détachement des travailleurs par l’Allemagne reconnaissent qu’ils n’avaient aucune envie que la Commission européenne tranche leur cas.